mercredi 13 décembre 2017

"Je désirerais transmettre la responsabilité" : François Régis Hutin

« … Chaque génération doit bâtir pour elle-même.
Nous ne pouvons attendre demain pour sauver des personnes,
car ce sont celles d’aujourd’hui qui doivent être sauvées…»

IMG_2411.jpgFrançois Régis Hutin (1) nous a quitté le 10 décembre 2017.
En hommage, j'ai désiré mettre sur mon blog, le témoignage qu'il m'avait offert pour mon livre L'avenir est en nous. Il s'y dévoile avec pudeur, sincérité, authenticité… Chaque mot est si juste !
Il fait partie des 43 aventuriers de l'existence qui ont bien voulu participer à l'aventure de mon livre et l'enrichir par leurs propos. Soyez remercié François Régis Hutin pour ce magnifique cadeau.

François Régis Hutin, comment vous présenteriez-vous ?
Je suis un homme qui a la responsabilité de l’information, non pas comme un simple miroir de la réalité, mais comme contribution à « informare », c’est-à-dire à mettre en forme, afin que les lecteurs du journal comprennent mieux la réalité de l’information et que cela les aide à mieux vivre ensemble.

Avez-vous vécu une expérience déterminante qui a modifié, changé votre parcours de vie ? Cette expérience vous a t-elle amené à prendre des décisions qui orientent encore votre vie ?
Adolescent, j’ai vécu la guerre avec l’Occupation, la défaite, puis la Libération. Si l’Occupation suscite la haine de l’occupant, mes parents résistants avaient le respect de l’ennemi ! Et je me souviendrai toujours d’un soldat allemand - je devais avoir treize ou quatorze ans - qui, épuisé, passait devant la maison au cours d’une manœuvre anti- débarquement (nous étions dans la zone côtière). Il entra dans la maison et demanda à manger. Nous, les enfants avions envie de lui dire de partir. Mais notre père est arrivé et lui a proposé du pain et du lait. Cet homme a mangé avidement et nous a quitté en se confondant en remerciements… Quelque temps après, la Gestapo, telle qu’on la voit dans les films, imperméable de cuir, chapeau mou et Citroën noir…, est venue arrêter mon père. La perquisition s’étant éternisée, mon père les invita à déjeuner avant de partir et avec stupeur, nous avons vu les deux policiers manger notre repas, puis emmener mon père pour le conduire en prison !
Ensuite eurent lieu les combats de la Libération. Le pays était terrorisé, calfeutré. Tout le village s’était réuni dans une chapelle, attendant le retour des hommes. Ne les voyant pas revenir, le lendemain ma mère accompagnée d’une autre femme, est partie dans la campagne afin de savoir ce qui s’était passé. De peur qu’il lui arrive malheur, du haut de mes quinze ans, je l’ai suivie. Elle s’est avancée dans un grand champ de blé. Il faisait très chaud, c’était le mois d’août, et guidés par l’odeur, nous avons retrouvé le corps d’un des hommes disparus. Se rendant alors compte de ma présence, ma mère m’a demandé d’aller chercher une brouette afin de transporter ce corps dans une ferme voisine pour l’ensevelir. Entre-temps, nous avions également retrouvé trois autres corps dans les mêmes conditions. Cependant, il manquait encore des hommes. Comme le bruit courait qu’ils avaient été arrêtés et emmenés au château voisin, nous y sommes allés alors que les Allemands continuaient à patrouiller. Caché dans le grenier à foin, le gardien est descendu et, nous indiquant le jardin potager, il nous dit : « Ils ont été fusillés contre ce mur ». J’ai couru dans cette direction, je suis arrivé le premier sur un grand carré de terre meuble, j’ai creusé, je sentais les corps sous ma pelle. Ma mère m’a envoyé chercher le curé et le menuisier pour les cercueils. Ainsi, je fis l’expérience de la mort tragique. Cela m’a profondément marqué.
Après la guerre, souhaitant être marin, j’ai d’abord navigué sur un thonier à voile, le Va sans peur et, par la suite, au long cours, avec le désir de faire le tour du monde et de mieux connaître notre planète. Mon premier embarquement comme garçon d’équipage, me conduisit jusqu’en Australie. Étant le dernier du bord, ce fut merveilleux car personne ne faisant attention à moi, je pouvais tout à loisir observer et découvrir dans les escales des mondes nouveaux, différents et humainement passionnants et attachants. Revenu à terre, je repris mes études à la Sorbonne en vue de me consacrer au développement. Sensible à l’économie humaniste et très proche du Père Lebret, mon souhait était de partir travailler avec lui. Mais au lieu de cela, on est venu me demander d’entrer au journal (Ouest France), ce qui s’est avéré nécessaire. Toutes ces expériences ont été de merveilleux points de repère.

Quelle est votre vision du monde actuel ?
Il serait prétentieux de répondre à cette question ! Ce qui est marquant, c’est le rapprochement des continents, le rétrécissement du monde, car en quelques heures, nous nous rendons maintenant dans des pays où j’avais mis des mois à me rendre en bateau ! Et de plus, les pauvres marins sont maintenant contraints de rester au bout de quais interminables, à des dizaines de kilomètres des ports et de la vie. Les débarquements et les déchargements sont automatisés. Il n’y a plus ce mélange que nous avions au cours des escales, en accostant à quai en pleine ville ! Ces métiers ont beaucoup changé et ceux qui les pratiquent ne connaissent plus le monde. Cela me pose question.
Cependant, s’il existe des rapprochements entre les civilisations et si les contacts se multiplient, ces interpénétrations et ces acculturations sont plus ou moins réussies, les rapprochements créant des solidarités, mais aussi des inimitiés, voire des incompréhensions. Nous sommes plongés en même temps dans notre culture et hors de celle-ci. Internet, avec son déferlement d’informations débridées, spontanées, souvent non vérifiées, peut créer des angoisses, déstabiliser et suggérer des solutions incertaines… À travers tout cela, nous devons trouver la posture, la stature permettant à l’homme d’être un homme et d’arriver à tisser des solidarités. Et cela n’est pas plus facile aujourd’hui qu’autrefois. Notre monde questionne. Ce n’est pas un monde en paix, mais en tension ; son avenir reste incertain car la croissance ne pourra pas être éternelle, les exportations ne pourront pas être indéfinies même si les échanges continuent, ce qui est bien sûr souhaitable. Mais le matériel suffira-t-il à combler les attentes ? Ce matérialisme ambiant est une facilité pour l’humain et l’abondance peut ensevelir les questionnements. « Il faut un certain nombre de conditions pour pratiquer la vertu », disait saint Thomas d’Aquin ! Comment humaniser, devenir plus humain et plus solidaire, sachant que la richesse génère des angoisses de perte ?
Et chaque génération doit bâtir pour elle-même. Nous ne pouvons attendre demain pour sauver des personnes, car ce sont celles d’aujourd’hui qui doivent être sauvées. L’équilibre est difficile à trouver au moment où il le faudrait.

Quelles sont les valeurs auxquelles vous êtes attaché ? De quelles manières les rendez-vous vivantes ?
Tout émane de la responsabilité qui se traduit en solidarités et en efforts pour construire. Tout se résume dans l’idée du respect de l’autre, de toute personne quelle qu’elle soit et quoi qu’elle ait fait. Ce respect de la personne, justement de celle qui, aux yeux de beaucoup n’est plus respectable, nous paraît essentielle. Je pense à la prison qui sanctionne, à la peine de mort dont nous avons été de fervents abolitionnistes et parmi les premiers dans la presse en France (actuellement nous continuons notre action dans les prisons en distribuant le journal). C’est à la lumière du respect des personnes que la charte de Ouest France a été constituée. Elle se résume ainsi « Dire sans nuire, montrer sans choquer, témoigner sans agresser, dénoncer sans condamner ». C’est la clé de tout. Pour les chrétiens, cela veut dire amour des autres et pour tous, cela signifie respect. Chacun a droit à sa part d’humanité !

À ce jour, que désireriez-vous transmettre ?
La responsabilité. Tout le système informatif est responsable. Il évolue de manière considérable, quelquefois de manière irresponsable, parfois recréant de la rumeur. L’essentiel est dans cette responsabilité d’informer, tout en respectant ceux qui en sont les sujets, ceux auxquels on s’adresse, ceux qui sont à l’origine, ceux qui sont à la réception. Dire sans nuire à ceux qui sont dans l’actualité concrète, et dire sans nuire à ceux qui regardent et qui vivent cette actualité.
Dans un conflit, surtout si on le gagne, il ne faut pas écraser celui qui a perdu ; au contraire il faut lui ménager une porte de sortie, lui permettre de sauver la face et ce, dans tous les domaines. L’Europe est un moyen de rapprocher alors que le nationalisme sépare, tout en créant des solidarités à l’intérieur du microsystème, des solidarités de valeur ; cependant il faut les élargir et porter le regard et l’accueil au loin.

À la lumière de votre expérience, que vous inspire cette déclaration : “Nous sommes tous des compagnons de voyage ” ?
Nous sommes tous embarqués dans la même aventure et sur la même planète ; le même bateau est lancé dans l’univers sans que l’on sache toujours où nous allons et où nous aboutissons. Il y a ceux qui ont la foi, ceux qui ne s’en préoccupent pas et ceux qui ne s’en inquiètent pas, n’en souffrent pas. Il y a ceux qui s’y raccrochent éperdument en fuyant le réel. Essayons d’être solidaires, car nous ne sommes qu’un chaînon entre le passé et le futur.
Que signifient le progrès, la croissance ? Certes, nous vivons beaucoup plus vieux. Je suis plus vieux que tous mes parents, que bien des écrivains qui nous ont transmis de la sagesse. Et pourtant, nous avons l’impression d’être bien moins emplis qu’ils ne le furent. Et le vrai progrès n’est-il pas de pouvoir tout simplement participer à la vie du monde et de l’univers ?

(1) François Régis Hutin était journaliste, éditorialiste engagé et patron de presse depuis près de cinquante ans, du premier des quotidiens français d’information, Ouest-France. Pour lui, ce journal n’est pas une fin en soi, il est au service de l’homme et des communautés qui constituent la société .

Avenir-plat1.jpgLe témoignage de François Régis Hutin est au complet dans L'Avenir est en nous (page 153) - Marie Clainchard ; Edition Dangle - 300 pages, 20€.
Quarante-trois aventuriers de l'existence et amoureux de la sagesse (Stéphane Hessel, Boris Cyrulnik, Pierre Rabhi, Jean-Marie Pelt, Magda Hollander Lafon, Philippe Pozzo di Borgo…) ont accepté de s'ouvrir en toute authenticité, simplicité et humanité. Ils évoquent leurs expériences et leurs vécus, leurs découvertes, partagent leurs espérances, transmettent leurs valeurs…

lundi 11 décembre 2017

"Je suis optimiste…" d'Éric-Emmanuel Schmitt

310807BER804

Extrait du chapitre 6, "Le créateur joyeux" du livre d'Éric-Emmanuel Schmitt - "Plus tard, je serai un enfant" (entretiens avec Catherine Lalanne) Catherine Lalanne : Votre optimisme porte les couleurs de la lucidité? Éric-Emmanuelle Schmitt : L'optimisme est un sentiment  […]

Lire la suite

mercredi 2 août 2017

La Mer

mini_M9h7SkQPh5ceFsG.jpg

LA MER À Ouessant, la mère et la mer se confondent souvent. Il y a la mère, celle qui donne naissance à l'enfant, celle qui lui donne la vie, celle qui l’aime. Et puis, il y a la mer, celle qui conduit le marin dans sa vie, celle qui devient souvent l'amante de l’homme, celle qui lui prend la vie.  […]

Lire la suite

dimanche 23 juillet 2017

Ma nuit dans le désert…

310807BER804

Extraits du livre d'Éric-Emmanuel Schmitt, Plus tard, je serai un enfant. Entretiens avec Catherine Lalanne. … Chapitre 7 : L'ami de Dieu … Catherine Lalanne : "En février 1989, à 28 ans, vous entrez agnostique au Sahara, vous en sortez croyant. Éric-Emmanuel Schmitt : À l'époque, je viens  […]

Lire la suite

vendredi 16 juin 2017

Le dîner des liens

AfficheDinerduLien29Juinwebp.jpg

Chères lectrices et chers lecteurs, "Tout ce qui nous relit, nous rend plus fort" (Les Tisserants d'Abdenour Bidar). Pour celles et ceux qui habiteraient Rennes ou les environs, une information : dans le cadre de l'association Vivre en Paix Ensemble (dont je suis la secrétaire), nous  […]

Lire la suite

mardi 23 mai 2017

Chers parents : "… Vous m'avez servi d'exemple… durant toute ma vie…"

3671915-5424634.jpg

Fatimama Hamey-Warou a écrit cette lettre dans le cadre de l'Encyclopédie des Migrants (1) Chers Parents, J’ai sans doute fait le choix le plus difficile de mon existence en vous écrivant cette lettre, chers Parents. J’aurais souhaité aussi l’écrire en haoussa, mais autant je continue à le parler  […]

Lire la suite

lundi 27 mars 2017

Être optimiste, c'est bon pour la santé !

images1.jpg

Il paraît que l'optimisme c'est bon pour la santé. La preuve par 6. Le fait d'être positif est bénéfique pour notre organisme. C'est du moins ce que démontre une étude du magazine Scientific American relayée par le Huffington Post en mars 2015. « Les domaines apparentés de la psychologie positive et  […]

Lire la suite

lundi 27 février 2017

Le jour où je me suis aimé…

images.png

Le jour où je me suis aimé Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai compris qu’en toutes circonstances, j’étais à la bonne place, au bon moment. et, alors, j’ai pu me relaxer. Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle estime de soi. Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai pu percevoir que mon  […]

Lire la suite

samedi 18 février 2017

En quête du masculin sacré… (par Martino Nicoletti)

san-galgano-spada-nella-roccia.jpg

Les hommes perçoivent aujourd’hui un manque dans leur vie. L’épée plantée dans la roche par un saint chevalier du Moyen Âge pourrait bien indiquer la route à suivre pour redonner du sens. Une épée dans la roche… Il vous suffit de penser à cette puissante image pour être tout de suite transporté à  […]

Lire la suite

vendredi 30 décembre 2016

Noël, c'est toi…

L_esprit_de_Noel_poster.png

Noël, c'est toi Quand tu décides de renaître chaque jour Et de laisser dieu pénétrer ton âme. Le sapin de Noël, c'est toi Quand tu résistes vigoureusement Aux vents et aux obstacles de la vie. Les décorations de Noël, c'est toi Quand tes vertus sont les couleurs Qui ornent la vie. La cloche qui  […]

Lire la suite

jeudi 22 décembre 2016

Lettre au Père Noël

1ca1eed0.png

« Père Noël, t'es nul. Tu sues sous ton manteau rouge alors qu'il ne neige pas, qu'il ne neigera plus à cause du dérèglement climatique provoqué par tes grosses usines de jouets pour les petits et surtout les grands. Tu sues à transporter tes ballots avec ta bedaine de capitaliste qui fait  […]

Lire la suite

dimanche 18 décembre 2016

Poème de Pierre Émmanuel *

Toute âme ayant brisé la prison où la peur d'être aimée l'enferme Est sur le monde comme un grand vent, une insurrection d'écume et de sel Une haute parole de vie dans et contre le corps éphémère. Tout est vie, et plus encore à la fin quand se fend l'écale du corps Sous la véhémence de l'âme ne  […]

Lire la suite

samedi 24 septembre 2016

Partagez les 18 valeurs du Dalaï Lama

96ea8af0-44c5-4f30-a941-3f0eaf8126d8.jpg

Grand ambassadeur de l'humanisme dans le monde entier, le Dalaï Lama est une figure emblématique pour bon nombre d'entre nous. Ses philosophies sont évocatrices de paix de partage et d'échange. Voici 18 règles de vie à partager sans modération ! 1. Prenez en compte que le grand amour et les grandes  […]

Lire la suite

dimanche 11 septembre 2016

Venu en France du Dalaï Lama

96ea8af0-44c5-4f30-a941-3f0eaf8126d8.jpg

Chers amis Sa Sainteté le Dalaï-Lama sera en France les 17 et 18 Septembre 2016. Afin de permettre au plus grand nombre de partager l’enseignement du Bouddha, une retransmission en direct sur internet aura lieu (sur You Tube, Facebook et Dailymotion) et sera en traduction simultanée dans 9 langues.  […]

Lire la suite

jeudi 25 août 2016

Le Prix du livre Optimiste 2016 est … "La Magie du matin"

La-magie-du-matin.jpg

Il y a 15 jours, je vous avais présenté 10 livres parmi lesquels serait choisi le prix du Livre Optimiste 2016. Aujourd'hui, 25 août 2016, le jury composé des personnalités optimistes suivantes : - Yves Harte, rédacteur en chef de Sud Ouest, Président du jury, - Florence Cathiard, - Florence  […]

Lire la suite

jeudi 11 août 2016

Quel est le livre le plus optimiste ?

Prix-du-livre-Optimiste.jpg

Pour combattre le pessimisme ambiant et renforcer l'attitude mentale positive, la Ligue des Optimistes de France a choisi d'encourager une vision positive du monde en créant le Prix du Livre Optimiste. Le 5ème Prix du Livre Optimiste sera remis le 25 août 2016, durant l'Université Hommes-Entreprises  […]

Lire la suite

dimanche 10 juillet 2016

Emmanuel Ransford : « … Pour la science, l’enjeu est de faire entrer la conscience de plein pied dans sa compréhension de l’univers… »

arton189.jpg

Emmanuel Ransford est conférencier, auteur et chercheur indépendant. Il s'intéresse aux fondements de la physique contemporaine et, plus particulièrement, aux comportements si étranges des systèmes quantiques qu'il cherche à comprendre. Son idée directrice est que l'étrangeté des quanta s'explique  […]

Lire la suite

samedi 25 juin 2016

L’art de vieillir dans la joie : une invitation à vivre pleinement et joyeusement !

9728203-15686787.jpg

Les éditions Eyrolles viennent de publier le dernier ouvrage d’Ezzedine El Mestiri (1) intitulé « L’art de vieillir dans la joie : donner plus d'années à la vie et plus de vie aux années ! ». Un livre de 156 pages, plein d’optimisme qui vous montrera qu’il existe autant de façons de vieillir que de  […]

Lire la suite

dimanche 12 juin 2016

Abdennour Bidar : "Les tisserands : réparer ensemble le tissu déchiré du monde"

XVMe1c9211c-8e0b-11e5-8ff0-3246b25e7c19.jpg

Normalien, Abdennour Bidar est agrégé et docteur en philosophie. Il est chargé de mission à l'Éducation Nationale et est l'auteur de plusieurs ouvrages «Plaidoyer pour la fraternité» ( Albin Michel) et «Lettre ouverte au monde musulman» (Les Liens qui Libèrent). Son dernier ouvrage vient de sortir  […]

Lire la suite

mardi 7 juin 2016

Guilhem Cornilleau : "On a été créé pour vivre, vivre la vie !"

Une maman : « mon fils de 11 ans atteint d'une leucémie, et en attente d'une greffe de moelle osseuse, a écrit ce texte lui même, ce matin. Seules, les fautes d’orthographe ont été corrigées ». "Tout d'abord je voulais dire qu'il faut profiter de la vie. C'est une chance d'être sur la terre à  […]

Lire la suite

- page 1 de 7